Parmi les objectifs de l’Association Tours, Cité Internationale de la Gastronomie en Val de Loire, celui de vous éclairer sur les enjeux de la santé au travers des différents modes d’alimentation. C’est en partageant cette réflexion avec l’Unité Mobile de Nutrition du CHU de TOURS que tout naturellement, un partenariat est né pour accompagner différents colloques. La société, notre histoire et la culture alimentaire ont bien entendu un rôle dans la compréhension de certaines maladies de la nutrition. Les thèmes sont larges, des maladies rencontrées tous les jours à la recherche la plus aboutie, de la maigreur à l’obésité, sans oublier les dimensions psychologiques et sociales.

Après un premier rendez-vous en mai dernier sur le thème de la lutte contre la dénutrition à la villa Rabelais, une seconde session s’est articulée avec la Filière des Maladies Rares Abdomino-THOraciques FIMATHO dont la coordination pour la région Grand-Ouest est accueillie au CHU de Tours.

Le 24 novembre dernier s’est déroulé durant 2 jours des formations sur l’oralité, l’une pour les professionnels à la Villa Rabelais l’autre pour les parents au CHU de Tours.

Saviez-vous que la mastication, la déglutition, les sens nécessaires pour intégrer la présence et mais aussi le goût des aliments dans notre bouche s’acquièrent pendant la toute petite enfance. C’est cela l’oralité. Elle s’acquiert selon un calendrier bien précis, durant la petite enfance tout comme l’acquisition progressive de la station assise, la marche par exemple. C’est en partie à cela que sert la « diversification ». Cette phase qui doit s’opérer entre 4 et 6 mois, sert à développer notre registre alimentaire et conditionne en partie nos comportements ultérieurs. Elle sert aussi à induire une « tolérance » pour certains aliments et joue un rôle clef dans l’oralité par l’introduction des textures.

Si l’enfant a une maladie qui l’empêche de manger, il n’a pas l’occasion de « s’entraîner » à s’alimenter et ne peut donc pas développer les habiletés nécessaires. Par exemple, il arrive que certains enfants naissent sans communication entre la bouche et l’estomac (atrésie de l’œsophage). Il faut les opérer très jeunes et l’alimentation « normale » n’est pas possible. I est parfois nécessaire de nourrir l’enfant directement dans l’estomac ou par les veines car sinon il ne pourrait prendre du poids et se développer normalement. Il faudra alors, dès que l’alimentation sera possible par la bouche, l’éduquer à l’oralité, rattraper le temps perdu, ce qui nécessite la compétence de multiples professionnels (orthophonistes, psychologues, diététiciens, médecins, …).

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à parcourir le site Fimatho (http://www.fimatho.fr) pour plus d’informations.

Commentaires

Aucun commentaire.

Réagir

Tous les champs sont obligatoires.