la culture alimentaire du Val de Loire pour les enfants

C’est en 2012, après avoir lu un livre fraîchement publié – L’inventaire du patrimoine culinaire de la région Centre – que Marie Françoise et Mélanie de Slow Food Tours Val de Loire ont l’envie de développer des supports à destination des jeunes, afin de les sensibiliser aux spécialités régionales. Un an plus tard naît le projet Patri’Miam, en partenariat avec l’Université de Tours, l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures Alimentaires (IEHCA) et la DRAAF Centre.

C’est d’abord sous la forme d’une exposition créée par Karine Fagotto, stagiaire l’université de Tours, que le projet Patri’Miam prend forme en 2013, avec très rapidement des interventions dans des écoles. Dans la foulée est développé un jeu de l’oie géant à portée plus universelle qui permet de valoriser les différents comportements allant dans le sens des valeurs véhiculées par le réseau international Slow Food : circuit-court, locavore, lutte contre le gaspillage alimentaire et l’usage de produits chimiques dans l’agriculture, et lutte contre l’obésité liée à la «malbouffe».

rsz_dsc_6467_1

Cette exposition – encore au statut de prototype – circule régulièrement en milieu scolaire et périscolaire, mais aussi sur certaines manifestations grand public, comme ici à l’éco-village du festival Terres du Son, à Monts (37), ou plus spécifique comme le Salon du Livre Gastronomique.

«J’avais envie de tester des actions pédagogiques non seulement autour des habitudes alimentaires et de la sensibilisation au «bien-manger», mais aussi au fait qu’il est important de connaître les spécialités culinaires du territoire où l’on grandit. Il y a encore pas mal de choses à faire dans ce domaine», explique Mélanie Fauconnier qui travaille à l’Université François Rabelais, tout en étant par ailleurs fortement impliquée dans l’association Slow Food Tours depuis plusieurs années. Avec Marie-François, ancienne professeur des écoles, elles font évoluer et vivre ce projet avec beaucoup d’enthousiasme.

rsz_dsc_6450

Le deuxième support – un jeu de l’oie – vient compléter le côté «infos culinaires régionales» de l’exposition grâce à son côté ludique simple : des règles du jeu acquises en quelques minutes et des messages positifs ou négatifs qui font avancer ou reculer. Et surtout qui permettent de lancer le dialogue sur ces thématiques avec les enfants de manière beaucoup plus décontractée qu’un exposé ou une conférence.

D’autres projets pédagogiques en cours de cuisson !

rsz_dsc_6020

Un jeu de 7 familles est en cours de création et devrait voir le jour dans quelques mois afin de compléter ce kit pédagogique, appelé à être édité et diffusé à une plus large échelle ; même si évidemment, la présence d’un animateur formé à ces thématiques lui donnera toujours une dimension plus importante et un impact plus fort.

D’autres supports sont à l’étude, notamment des supports numériques qui seront développés en milieu périscolaire. Les 8-12 ans sont particulièrement ciblés et une collaboration est en cours avec le centre Courteline de Tours, mais aussi des crèches et les Halles de Tours, lieu rêvé pour faire entrer le jeu éducatif dans une réalité alimentaire exceptionnelle à portée de mains !

Des démarches pédagogiques à la fois simples et ambitieuses, qui s’inscrivent tout à fait dans l’esprit de dispositifs nationaux comme le Réseau Canopé, voire européens comme l’EFES, et qui vont dans le sens de la très importante résolution du 12 mars 2014 sur les aspects culturels et éducatifs du patrimoine gastronomique européen.

 

Approfondir

> La page Patri’Miam sur le site de l’Université François Rabelais de Tours – Contact pour plus d’informations : melanie.fauconnier@univ-tours.fr